LES (CUL)OTTÉES

 

Ensemble, luttons contre le #bodyshaming

 

Les (CUL)ottées, quelle drôle d’idée ? En réalité, le projet m’a été inspiré d’une amie; celle-ci avait souffert de critiques vraiment déplacées concernant son postérieur lorsqu’elle était à la piscine : « Pourquoi tu portes un maillot si petit avec les fesses que tu as ? C’est une incitation au viol ! »

J’ai vu mon amie s’effondrer et je me suis dit qu’en 2019, il était temps de prendre conscience des pressions que les femmes vivaient quotidiennement avec leurs corps, le regard des autres et l’hyper-sexualisation des fesses dans notre société et sur les réseaux sociaux.

 

Alors, une idée m’est venue… Pourquoi ne pas prendre des femmes en photo, de dos et en sous-vêtements ? Le projet Les (CUL)ottées était né ! 

Il faudra montrer toutes les femmes, toutes morphologies confondues afin que les gens et surtout la nouvelle génération prennent conscience que chaque femme est belle, peu importe la forme et la taille de ses fesses !

 

Chaque modèle porte le bas de sous-vêtements qu’elle préfère mettre. Cela va du string en dentelle, à la culotte en coton, en passant par le shorty en lycra. 

Ce choix fait référence à l’affaire juridique Irlandaise qui a secoué la toile, « This is not consent » où, un homme accusé d’avoir violé une jeune fille mineure, a été déclaré non coupable. Sa défense ? « La jeune fille portait un string, donc elle était consentante ».

Cette affaire, choquante, a été un autre déclic pour le projet Les (CUL)ottées car le choix de porter de la lingerie fine n’est ni une forme de consentement, ni une invitation à un acte sexuel.

 

Chaque photographie est prise dans un lieu différent afin de souligner le fait que chaque femme est différente et libre de faire ses propres choix. J'ai également décidé de prendre les photos avec plusieurs appareils, nous passons donc d'une photographie prise à l'argentique à une photographie prise avec un appareil numérique, afin d'accentuer toujours plus cette notion de diversité.

 

Les (CUL)ottées, des idées simples mais essentielles pour défendre notre beauté, nos droits & notre corps.

La lutte contre le bodyshaming et l’hyper-sexualisation du corps de la femme est longue, et touche toutes les catégories sociales et toutes les femmes.

 

Ensemble, luttons contre la pression exigée sur notre corps et acceptons notre féminité et nos différences telles qu’elles sont.

 

Mesdames, soyons (CUL)ottées !

 

 

Série de photographies à l’argentique & numérique

En partenariat avec l’association Les Solibox

Expositions :

8 février 2020 - Lee Berthy shop (Montpellier)

7 mars 2020 au 14 juillet 2020 - Bar au Gorille (Gap)